Bas-Caraquet en bref

Le fondateur de la communauté, Gabriel Giraud, installait sa famille à Bas-Caraquet sur le site du Parc des Fondateurs en 1731.
La municipalité a été incorporée le 9 novembre 1966.

Population : 1380 PERSONNES (RECENCEMENT 2011)
Langue : français (99,77%)
Population par km carré :
45 habitants au km²
Situation géographique :47° 52′ 20″ Nord 64° 48′ 20″ Ouest
Code géographique : 13 15027

   

Altitude : min 0m jusqu'à 30 m maximum
Étendue : 31,00 km2
Taux de taxation : 1,44.95$ par 100$ d'évaluation
Indicatif régional (téléphone) 1 - 506 -
Fuseau horaire    - 4

 

RÉUNIONS MENSUELLES DU CONSEIL MUNICIPAL

le troisième lundi du mois

2017

relâche des réunions de conseil pour l'été

 

Un peu d'histoire

Le village de Bas-Caraquet est situé sur des basses terres bordées au nord par la baie des Chaleurs et au sud par la baie Saint-Simon. Il est limitrophe de Caraquet à l'ouest et de Pokesudie à l'est. Il fait face à l'île de Caraquet. La péninsule gaspésienne, située à une trentaine de kilomètres au nord, est visible du village et on peut distinguer les montagnes et même les maisons. Bas-Caraquet a une superficie de 31,00 kilomètres carrés2.

Bas-Caraquet est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie3.

 
Carte topographique de Bas-Caraquet.

Topographie

Le village de Bas-Caraquet est situé dans les basse-terres des Maritimes. Le terrain est généralement plat et légèrement incliné vers l'est, sauf à l'ouest où le terrain est plus ondulé. Un plateau d'une altitude de trente mètres se trouve au sud-est du village et ayant une pente de 9 % à 16 %. Dans le village, les pentes varient entre 3 % et 8 %. L'altitude varie entre 0 et 8 mètres, sauf dans la partie ouest où elle varie de 8 à 15 mètres. Il y a de petites falaises à l'ouest, soit entre les deux ports. Entre le village et Pokesudie se trouve l'Islet, ou Petite-île. Celle-ci a une superficie de 18 acres et est entourée de marécage.

Hydrographie

Articles détaillés : baie des Chaleurs et baie Saint-Simon.

En raison de sa situation sur une petite péninsule, le village ne possède pas de bassin hydrographique important. Dans le sens horaire, à partir du nord-ouest, on retrouve le ruisseau Isabelle, le ruisseau à Osias et son affluent le ruisseau à Sivret, le ruisseau de la Chaloupe, le ruisseau à Canard, le ruisseau creux et le ruisseau à Chenard, à ne pas confondre avec un autre du même nom coulant à Caraquet. Les trois premiers se déversent dans la baie des Chaleurs, tandis que les autres le font dans la baie Saint-Simon. Il y a aussi quelques autres ruisseau de faible importance. Il y a quelques étangs dans les terres.

Le village est séparé de Pokesudie par la Petite Passe. Dans ce détroit se trouve une autre île plus petite appartenant au village, la Petite Île.

Bas-Caraquet compte également plusieurs grandes tourbières, qui sont elles aussi à l'extérieur des quartiers habités. Il y a enfin plusieurs marais côtiers, dont les principaux sont près du centre du village, au ruisseau à Osias et l'autre est dans la Petite Passe.

Géologie

Le sous-sol de Caraquet est daté d'un intervalle débutant au Pennsylvanien et se terminant au cours du Trias. Les dépôts de surface sont probablement d'origine marine. La roche-mère consiste en grande partie de roches sédimentaires, soit du grès, du schiste et des conglomérats qui sont souvent très fracturés. Une grande partie de l'eau souterraine provient de ces failles à l'intérieur du socle rocheux. Le sol est aussi recouvert d'une couverture de plaine: dépôt de charbon, sable, silt et gravier remanié au-dessus d'une couche de tilt d'ablation de texture argileuse ou de dépôt marin, et ce, sur une assise rocheuse composée de grès fissuré d'une épaisseur de 0,5 à 3 mètres.

Climat

Le village de Bas-Caraquet est situé à la limite du climat maritime, dû à la présence de la baie des Chaleurs et du Golfe du Saint-Laurent. Les hivers sont plus doux que dans le reste du pays et les étés y sont plus frais. La température moyenne pour le mois de janvier est de -10,9 °C et de 17 °C pour le mois d'août. Le taux d'humidité relatif est de 76 % pour le mois de janvier et de 72 % pour le mois d'août. La moyenne annuelle des précipitations est d'environ 960 mm, un peu sous la moyenne provinciale. Les chutes de neige sont d'environ 300 cm par hiver. Le littoral est exposé à de forts vents, qui endommagent les arbres situés près de la côte. Une station météorologique d'Environnement Canada est située au village et fournit des donnés pour la région.

 

Historique de Bas-Caraquet

L’année 1731 marquait l’arrivée des premiers habitants permanents de Bas-Caraquet sur le bord de l’eau dans la Baie des Chaleurs. C'est ici que Gabriel Giraud installait sa famille à Bas-Caraquet

Ces familles ont vécu et développé la communauté en pratiquant la pêche et l’agriculture ainsi que la chasse. Les habiles artisans de l’époque construisaient eux-mêmes leurs bateaux pour aller pêcher la nourriture pour leur famille comme ceux d’aujourd’hui qui construisent et réparent les bateaux.

Le village de Bas-Caraquet fut incorporé officiellement le 9 novembre de l’année 1966. À Bas-Caraquet on compte 1689 citoyens qui profitent d’une mairie, d’une école, d’une église catholique, d’un cimetière, d’une caisse populaire, d’une coopérative des pêcheurs, d’une plage municipale aménagée avec des jeux d’eau, une cantine et un développement de chalets touristiques agréablement situés face à la mer. La population du village reçoit, également, tous les mois L’Écho de Bas-Caraquet qui l’informe sur l’actualité ultra locale. Cette publication gratuite permet à tous de savoir ce qui se fait à l’hôtel de ville, dans la communauté et dans les différents organismes locaux.

 

Biographie de Gabriel Giraud est né en Bretagne, en France.

Il disait lui-même être arrivé dans la région de aux environs de 1710. Il vivait à Miramichi en 1727. Il était l'allié des Micmacs. Il s'établit de façon permanente au ruisseau à Isabelle, à la frontière actuelle entre Bas-Caraquet et Caraquet devenu le Parc des Fondateurs.  Il devient ainsi le premier habitant permanent de Bas-Caraquet.

Gabriel Giraud se maria avec une Micmac, probablement la veuve d'un certain Rousseau. Ils eurent deux enfants, Angélique, née en 1719 ou 1720, et Jean-Baptiste. Angélique se maria pour la première fois avec Joseph Bouthillier, avec qui elle eut cinq enfants : Angélique, Josephte, Agnès, René et Geneviève. En secondes noces, elle se maria avec Pierre Gallien. Ils eurent trois enfants dont deux seuls sont connus, soit Adrien et Françoise. Angélique décéda le , à l'âge de 85 ans. Elle compte de nombreux descendants dans la région. Jean-Baptiste est surnommé le capitaine et épouse une Micmac comme son père, du nom de Jeanette Anne. En 1767, Jean-Baptiste est agent à Caraquet au nom de Charles Robin, marchand de poisson. Jean-Baptiste meurt avant 1783. Il a toutefois un enfant recensé en 1783 mais qui meurt probablement en bas âge. Sa veuve, dite la « veuve Giroux », obtient une terre lors de la grande concession de 1784.

En 1757, d'autres colons, rescapés de la déportation des Acadiens, viennent s'établir à Caraquet, dont plusieurs près de chez lui. En 1760, il accueillit certains membres de l'équipage du Capitaine Saint-Simon, corsaires rescapés de la bataille de la Ristigouche. L'année d'après, une partie de ses compatriotes furent déportés lors du Raid de Roderick MacKenzie. Lui et sa famille furent probablement épargnés, n'étant pas Acadiens. En novembre, Giraud accueillit Gamaliel Smethurst, en fuite depuis Nipisiguit. Après avoir marchandé, il l'aida en lui donnant un canot et l'aide des Micmacs. Des gens retournèrent d'exil à partir de 1766.

On peut supposer que Gabriel était déjà mort avant 1766, car il n'y a pas d'actes de sépulture, et il ne fait pas partie de la liste des gens ayant obtenu une terre en 1784. Il se peut qu'il soit enterré dans un cimetière existant déjà à son arrivée au ruisseau à Isabelle1. Au cours des années 1860, l'érosion du cimetière force l'exhumation des dépouilles, qui son enterrées au nouveau cimetière paroissial ; l'un des tombes comprend un crucifix en or, que l'on croit appartenir à Gabriel Giraud.